Depuis septembre 2006, La Guerre des mondes a réuni un bon nombre de guerredesmondistes autour des micros de CIBL!

François Boutin

François Boutin est co-producteur, animateur et spécialiste des jeux de mots douteux de La Guerre des mondes. Touche-à-tout notoire et sans complexe, il a étudié la littérature et le cinéma, a travaillé comme journaliste culturel, a produit et animé des spectacles de variété, en plus d’avoir fondé sa propre troupe de théâtre aujourd’hui tombée dans l’oubli…

Il travaille actuellement dans l’édition et baigne dans le milieu du livre depuis plus de quinze ans. Observateur acerbe du monde qui l’entoure, il manie l’excès et la dérision sans parti pris, mettant la bêtise de chacun sur un même pied d’égalité. Et tout cela dans l’espoir de susciter une réflexion critique non seulement sur notre monde, mais aussi sur nous-mêmes.

Karine Poirier

Karine Poirier est titulaire d’une maîtrise en science politique et travaille en recherche en technologies sociales. Elle s’intéresse notamment aux problématiques d’inclusion et d’exclusion, à l’importance des TIC dans les bouleversements sociaux et politiques, aux déplacements de populations à l’intérieur des États, à la transformation économique, politique et sociale que connaît la Russie depuis la chute de l’empire soviétique, au conflit russo-tchétchène et à l’influence du concours Eurovision sur la politique européenne. Elle rêve d’un monde plus inclusif, de paix, de justice et d’amour.

Karine est co-productrice de La Guerre des mondes, co-animatrice, chroniqueuse géopolitique et recherchiste musicale. Nous pouvons toujours lui faire confiance pour nous dénicher une quétainerie abominable quelque soit le pays visité ! En juin 2011, elle remportait le titre de « chroniqueure de l’année » au Gala des artisans de CIBL Radio-Montréal.

Pour suivre Karine sur Twitter : @kjpoirier


Aurélie Arnaud

Aurélie Arnaud a suivi le désormais traditionnel parcours sciences politiques-relations internationales-droit international, bon prétexte aux voyages dans des destinations vacances insolites et parfois presque dangereuses. C’est d’ailleurs au Chiapas qu’elle s’est rendue compte que la science po ne menait à rien sans le droit. Elle a donc laissé sa patrie trop gaulloise derrière elle pour tâter de l’université du peuple à Montréal en droit international. Elle a couru la planète à la défense de qui voulait bien être défendu, avec un penchant marqué pour les peuples autochtones.

Elle pense quand même que le rire est la solution à beaucoup de maux, c’est donc avec une pincée d’humour qu’elle vous présente ses chroniques sociales ou géopolitiques.


Emilie Boudin

Emilie a traversé l’Atlantique il y a quatre ans pour ne plus repartir, charmée par la neige et la chaleur de l’équipe des guerresdesmondistes. Elle vient ajouter son grain de sel dès que possible à une actualité déjà bien épicée. Avec La Guerre des mondes, elle nourrit son goût pour les voyages et sa curiosité insatiable. Elle avoue avoir un faible pour tout ce qui touche à l’Amérique du Sud, du macho au dulce de leche en passant par la caïpirinha. Sans être Miss France, ni Miss Monde, elle souhaiterait quand même la paix dans le monde.

 

Sarah Champagne

Sarah n’aime pas rédiger sa bio, balancée entre le banal et le prétentieux. Elle a étudié la science politique, et a sué plusieurs courses multidisciplinaires sur le vaste campus de l’Université de Montréal pour obtenir son baccalauréat en études internationales. Comme l’adaptation est un muscle qui s’entraîne, elle est partie terminer sa dernière année à Buenos Aires, Argentine, propulsée par le renouveau de l’exil. Après un bref arrêt en environnement, elle est aujourd’hui pigiste impétueuse.

Elle s’installe au « ground zero » des illusions, tout en repoussant le cynisme et le miracle du scrutin proportionnel. Parfois un peu trop décidée, elle cache mal son ton hégémonique. Mais puisqu’elle ne croit pas à l’unipolarité, elle s’affaire à répandre les débats.

La densité des enjeux internationaux est ce qui l’empêche parfois de dormir. Et la musique forte aussi. La Guerre des mondes lui permet de mettre les deux dans le mélangeur, et de brasser !

Pour suivre Sarah sur Twitter: @SaChampagne

 

David Clerens

La politique fascine tellement David qu’il a commencé deux baccalauréats en la matière sans en compléter un seul. Il a toutefois fait amende honorable en maîtrise. Entre temps, il est devenu bachelier en administration. Il aime revendiquer ses origines belges ainsi que son appartenance à la confrérie rousse. Aujourd’hui, il fait carrière dans la fonction publique québécoise et, à vrai dire, il s’y plaît la plupart du temps. Il s’intéresse notamment au hockey, à l’éthique et au rock. Il trouve donc naturellement son compte dans sa participation à La Guerre des Mondes. Il espère maintenant contribuer au succès de cette émission qui le mérite bien (le succès, soyons clair).


Olivier Dilain

Olivier est un fervent croyant de l’humanité, même si la bêtise humaine le fascine, surtout lorsqu’elle a des conséquences sur les relations internationales. C’est pour ça qu’il a un intérêt particulier pour les relations des États-Unis avec le monde. Passionné de cinéma, il a obtenu un baccalauréat dans le domaine puis s’est ensuite tourné vers l’étude des médias avec une maîtrise en communication. Olivier a travaillé dans l’industrie cinématographique et comme journaliste parce que, comme Tintin, il a un goût particulier pour les chaussettes blanches mais surtout parce qu’il aime se promener sur la planète!

Pour suivre Olivier sur Twitter: @olivierdilain
Le blogue d’Olivier: Mediatactiques

Caroline Donat

Caroline Donat a étudié le droit international et passé la robe d’avocat en France après y être née bien avant ça. Elle a rejoint Montréal en 2010 et a renoué ici avec les relations internationales en devenant chroniqueuse à La Guerre des mondes, en plus d’avoir étrangement déclaré une véritable obsession des nachos. Bien qu’elle s’avoue un brin idéaliste sur les bords, elle aspire dans ses chroniques à rapporter la vraie vérité avec le plus d’objectivité possible. Exceptionnellement, elle veut donc bien admettre que les histoires ne se passent pas toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes. Elle s’intéresse plus particulièrement aux droits des personnes et s’investit dans le milieu communautaire dans le but de les faire progresser.

 

Jaime Porras Ferreyra

Jaime est titulaire d’un doctorat en science politique de l’Université de Montréal et travaille actuellement pour l’Organisation universitaire interaméricaine. Originaire du sud du Mexique, il s’ennuie des tacos aux sauterelles. Parmi ses passions, nous trouvons le flamenco, les films de zombies, les vieux bars, les relations entre l’art et la politique, le billard français et l’écriture de reportages.

 

Roberto Guevara

Roberto Guevara n’a aucun lien de parenté avec le fameux Che, bien qu’on le lui demande très souvent. C’était notamment le cas lors de ses études en communication, politique et société à l’UQAM ou encore de langue arabe, en Tunisie. Roberto s’intéresse particulièrement aux questions relatives aux immigrants, aux femmes et à l’univers de la pédagogie critique. Hors de la politique internationale, c’est un ardent défenseur de street art et de musique « urbaine » (hip-hop en tête). Il est rentré à la radio de CIBL un peu par hasard, mais y a découvert une passion et un médium génial pour communiquer. Il a occupé le poste de responsable des médias sociaux pour CIBL, mais l’envie de parler politique internationale le démangeait et il a décidé de joindre, avec grand plaisir, les rangs des guerredemondistes! « Le mélange parfait entre le jeu et la politique. Et c’est à la radio en plus! »

Pour suivre Roberto sur Twitter : @guevara_mri

 

Roxane Léouzon

Roxane est un peu Française, mais elle le cache mieux que certains des chroniqueurs de La Guerre des mondes. Elle possède aussi d’autres qualités : elle est alerte, ouverte, verte et probablement d’autres adjectifs qui finissent par « erte ». Elle aime beaucoup les stroopwaffels et les strudels aux pommes, mais surtout les saucissons, ce qui l’empêche de devenir, à son grand malheur, végétarienne. Roxane n’a pas beaucoup d’affinités avec les compagnies minières et le Fonds monétaire international, c’est l’UQAM qui lui a fait ça. Mais cette université lui a quand même donné un baccalauréat en relations internationales et droit international, l’occasion d’étudier en Europe et des amies très futées qui aiment discuter de forum non conveniens.  Après un bacc, une maîtrise en science politique et un début de certificat en journalisme, Roxane a déjà effectué cinq stages reliés aux relations internationales et elle va un jour se trouver un vrai travail.

Pourquoi participer à La Guerre des mondes ? Elle aspire à devenir journaliste spécialisée en politique internationale. C’est cohérent. Et idéaliste. Bonne chance Roxane.

 

Sébastien Rouyet

Adolescent, Sébastien voulait devenir réalisateur, acteur et écrivain, mais surtout pas journaliste comme son papa. C’est donc en toute logique qu’il se lancera, quelques années plus tard, dans des études de Journalisme à l’Université Libre de Bruxelles. À cette époque, il présente et produit Cinémastock, une émission sur l’histoire du cinéma sur les ondes de la radio de l’université. Côté professionnel, sa carrière démarre par des collaborations à des revues économiques. Il passe ensuite l’Agrégation, puis travaille pendant deux ans pour une association d’éducation aux médias, où il apprend à des adolescents à faire des films, des documentaires et des reportages.

Aujourd’hui installé à Madrid, il veut toujours devenir réalisateur, acteur et écrivain, mais il est toujours journaliste. Il tient un blogue d’information qui traite de l’impact de la crise économique sur la vie quotidienne des Espagnols. Il est aussi président de Catastrophic Artists asbl, une association qui organise des événements culturels et produit des créations audiovisuelles.

Le blogue de Sébastien: Espagne en crise
Pour suivre Sébastien sur Facebook: cliquez ici.

 

Sylvain Quidot

Sylvain Quidot est docteur en Sciences de l’Information et de la Communication. Après un mémoire de DEA sur les graffiti dans les toilettes, il soutient sa thèse « La conversation banale : représentation d’un sociabilité quotidienne » et parachève un cycle de travail sur la notion de « banal ». Interdisplinaire, il aime bien, dans le désordre : l’Histoire des religions, les Rolling Stones, Kandinsky, la Formule 1 et Sigmund Freud. Il est chercheur en technologies de l’Information et de la Communication.

Pour suivre Sylvain sur Twitter: @sylvainquidot
Le blogue de Sylvain : Sylvain Quidot Photographies

 

Maëlle Souffrin

Maëlle Souffrin aurait pu étudier la politique et devenir présidente de la République… mais elle a préféré étudier l’Histoire de l’art et la Muséologie. Titulaire d’une double maîtrise, elle se voyait bien continuer mais l’envie de parcourir le monde était bien trop tentante. Depuis elle a posé ses bagages au Québec et ça lui convient très bien. Passionnée par trop de sujets, La Guerre des mondes lui permet d’assouvir une partie de ses passions et elle est toujours à l’affut du sujet décalé pour tourner les rapports géopolitiques en dérision. Elle adore l’humour noir, pratique le second degré avec ses amis et aime à penser qu’elle jongle avec plusieurs personnalités… C’est pour ces raisons qu’elle déteste que la vie soit un long fleuve tranquille. Elle préfèrera donc travailler au contact du public plutôt que dans une usine.

 

Anciens collaborateurs

Cynthia Brisson

Cynthia Brisson aime bien dire qu’elle est libraire, ascendant journaliste. Ça fait joli et ça lui permet de garder bonne prestance quand on lui demande ce qu’elle fait dans la vie. Du moins, elle s’est rendu compte que c’était socialement plus efficace que de répondre « je suis en train d’y réfléchir ».

Elle a une petite formation collégiale en politique qui traîne quelque part, mais c’est surtout son intérêt pour tout et n’importe quoi qui l’a poussée à participer à La Guerre des mondes. À chaque émission, elle prend plaisir à découvrir les débandades et les frasques qui colorent l’actualité politique internationale, en bonne compagnie.

Parce que pour elle, La Guerre des mondes c’est avant tout une équipe des plus sympathique qui essaie de rendre la politique internationale… plus sympathique!

 

Matisse Contant

Matisse Contant a étudié la philosophie et termine actuellement un baccalauréat en sciences des religions à l’Université du Québec à Montréal. Infatigable touche-à-tout, il a aussi fait de l’improvisation durant quelques années en plus d’avoir foulé les planches au théâtre. Les planches étant difficiles à fouler, Matisse est aujourd’hui responsable de plein d’affaires à la librairie Au Marché du Livres.

Il fut d’abord pressenti par les producteurs de La Guerre des mondes comme correspondant à l’extérieur, rôle qu’il a assumé avec joie jusqu’en 2009! Ses capsules humoristiques, mais pourtant bel et bien véridiques – notamment la très appréciée chronique de « La vie des gens chiches et retords » – portent sur les nombreuses excentricités et décourageants défauts de nos colocataires terriens !

 

Antoine Dion-Ortega

Brave contribuable s’acquittant honnêtement de ses tâches, Antoine est « officiellement » journaliste depuis peu, ayant enfin réussi à mettre au rancart le trop-plein d’ambitions qui l’écartelaient depuis une bonne dizaine d’années.

« À vouloir attraper deux renards, le chasseur n’en attrape aucun » est son proverbe favori, qu’il se plaît d’ailleurs à répéter machinalement au travail et dans les loisirs.

Ses relations internationales oscillent entre l’ulcère et la pitrerie. Il a trouvé dans La Guerre des mondes une façon constructive de transformer son exaspération en compréhension, véritable défi de tout journaliste qui se respecte. S’il fait toujours autant d’huile avec des noyaux d’olives, il sait maintenant qu’au moins, les auditeurs de La Guerre des mondes voudront bien y tremper leur petit bout de pain.

Sébastien Dubé

Ambassadeur itinérant de La Guerre des mondes au sud du Sud, Sébastien Dubé est aussi professeur de Science politique et directeur d’un Observatoire de politique internationale à l’Université Diego Portales de Santiago du Chili. Quand il y a un tremblement de terre ou des mineurs pris dans la terre au Chili, vous pouvez parfois l’entendre à la radio ou le voir sur son balcon.

Pour suivre Sébastien sur Twitter: @sebastiendube
Le blogue de Sébastien : El Mundo Según un Québécois en Chile

 

Anne-Laure Favereaux

Après plusieurs expériences en Europe (en France et en Allemagne) et au Québec, Anne-Laure a choisi de s’établir à Montréal.  Son expérience dans une radio communautaire de Québec l’a convaincue d’exercer sa profession de journaliste ici et, par la même occasion, de rejoindre l’équipe de La Guerre des mondes.  Elle aime partager son regard sur l’actualité européenne, avec une préférence pour la politique française. Les (in)égalités entre hommes-femmes et les disparités dans le monde sont aussi des sujets qui l’intéressent.

 

Karine Mateu

Karine Mateu est la co-fondatrice de l’émission et a été co-productrice et co-animatrice de La Guerre des mondes de septembre 2006 à décembre 2010. Elle est détentrice d’une maîtrise en politique et droit international. Un peu sadique à sa manière, elle manifeste un vif intérêt pour tout ce qui touche l’être humain dans sa bêtise, ses insanités et ses maladresses, tels les conflits dans le monde. Sa curiosité s’étend aussi aux beautés et magies dont regorgent les différentes sociétés et cultures. C’est pourquoi elle était heureuse, à tous les mercredis à 18h00 sur CIBL, de vous faire découvrir avec toute son équipe les différents pays qui illuminent sa petite planète. Vous pouvez dorénavant l’entendre sur les ondes de Radio-Canada en Abitibi.

Caroline Savard

Caroline est une passionnée des causes sociales et particulièrement des enjeux reliés aux relations interculturelles et à l’intégration des immigrants. En lisant La mondialisation des industries du sexe de Richard Poulin, elle a découvert un côté féministe qu’elle ne se connaissait pas et depuis, elle saute sur toutes les occasions de parler des enjeux reliés au phénomène de la prostitution dans le monde. Elle a oeuvré au sein de plusieurs organismes communautaires et avouons-le, un petit côté d’elle caresse le rêve de sauver la planète. Suite à des études en histoire et en sociologie, elle a complété une maîtrise en Analyse et développement des organisations. Le voyage est une passion, dans la mesure où il rime avec découverte d’autres cultures. On ne s’étonnera donc pas d’apprendre qu’elle est LA passionnée des musiques du monde au sein de l’équipe de La Guerre des mondes, en plus d’avoir livré d’excellentes chroniques sociales jusqu’en 2008 !

Pour suivre Caroline sur Twitter: @Caroline_Savard


Marie-Sophie Villeneuve

Marie-Sophie a étudié les relations internationales au baccalauréat à défaut d’autres choses, pour finalement trouver la révélation de toute une vie en ce qu’on appelle les droits humains. Militante depuis une bonne douzaine d’années pour diverses causes, elle a complété une maîtrise en droit international qui lui a donné un solide bagage de connaissances, oubliées après la troisième pinte. Elle s’intéresse surtout aux enjeux touchant la justice et les inégalités socio-économiques.

Marie-Sophie a réalisé plusieurs chroniques géopolitiques, « La guerre c’est pas une raison pour se faire mal », jusqu’à son exil en Indonésie en 2007.

 

Annabelle Blais

Matthieu Méan

Lisa-Marie Gervais

Vincent Ploux

Sophie Renauldon

Charles-Alexandre Théorêt

Les commentaires sont fermés.